Si vous ne visualisez pas bien ce mail, cliquez ici

 

 

 

Un cri d'alarme pour la biodiversité : passons du discours aux actes !

 

A la veille de l’annonce d’un Plan Biodiversité par le Ministre d’Etat Nicolas Hulot, la Fédération des Conservatoires d'espaces naturels s’est associée à trois autres réseaux gestionnaires d’espaces protégés (Réserves Naturelles de France, Rivages de France, Fédération des Parcs Naturels Régionaux de France) pour lancer un cri d’alarme pour la biodiversité.

 

 

"Année après année, les constats se suivent et se ressemblent : l’érosion de la biodiversité ne cesse de se poursuivre. Le nombre d’oiseaux diminue de façon catastrophique d’après une étude du Muséum national d’histoire naturelle. Logique quand une autre étude révèle que le nombre d’insectes a lui aussi diminué de façon drastique. Dans le même temps, l’artificialisation des sols continue malgré toutes les annonces, lois et mesures prises. Encore 55000 ha de terres agricoles et d’espaces naturels perdus en 2016, 590000 en dix ans ! L’équivalent d’un département moyen…

 

Pourtant, qui aujourd’hui ne reconnaît pas la nature comme un enjeu majeur, tant localement que mondialement ? Qui n’a pas compris que la nature est à la source de toutes nos ressources qu’elle est nourricière, qu’elle fait nos paysages, nos terroirs, qu’elle constitue un lien social fondamental ?

..."

Lire l'intégralité du communiqué de presse

 

En Lorraine, même constat, témoignage d'un salarié

Il y a quelques semaines, dans un même élan, le Muséum National d'Histoire Naturelle et le Centre National de la Recherche Scientifique présentaient les résultats de suivis à long terme des populations d'oiseaux et d’insectes, y compris les plus communs, dans notre environnement proche. L'effondrement constaté (et recoupé par diverses études internationales) constitue un véritable signal d'alarme pour nos écosystèmes, plus largement pour notre cadre de vie, au point, une fois n'est coutume, de faire la une des journaux.

 

Dans le même temps, cloitré dans sa hutte d'observation de la montagne vosgienne, un salarié du CEN Lorraine témoigne...

 

"Je suis assis dans un affût quelque part dans le Massif des Vosges, il est 7h30. Je dis quelque part car je dois garder une certaine confidentialité sur le lieu de mes observations. L'espèce que je suis est le Grand Tétras. Disons plutôt l'espèce que je suis censé observer, recenser, contrôler est le Grand Tétras. Mais ce matin, rien. Comme hier soir, rien. Rien.

 

Alors certes, nous sommes onze observateurs, peut-être les autres auront-ils de meilleures nouvelles. Peut-être mon poste d'observation, tiré au sort, n'est pas le mieux placé à cette période. Peut-être est-ce trop tôt dans la saison et que le chant n'a pas vraiment commencé. Peut-être les Tétras sont-ils ailleurs. C'est beaucoup de peut-être, mais ils marquent significativement le doute qui m'assaille et qui m'a poussé à écrire ce texte.

 

Que se passe-t-il ? ..."

Lire l'intégralité du témoignage

 

 

Soutenez les actions du Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine pour protéger la biodiversité proche de chez vous !

 

 

 

 

 

 

 

Pour ne plus recevoir notre lettre d'information, il suffit de suivre ce lien. Vous pourrez vous réinscrire à tout moment.

Site en développement. Les redirections sont en 302. N'oubliez pas d'enlever ce mode à la mise en ligne.