Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine

Accueil / Les espaces naturels / Sites naturels / Types de milieux / Massif vosgien

Le milieu naturel vosgien

Un patrimoine naturel sculpté par des glaciations successives

 

Le Massif vosgien : un paysage originel sculpté par les glaciations successives

Au cours de l'ère tertiaire, un effondrement du fossé rhénan provoque une forte dissymétrie du relief ; du côté lorrain persistent des pentes douces tandis que du côté alsacien, les ravins sont abruptes. La dernière glaciation a encore accentué ce relief. Du côté lorrain, les glaciers ont creusé des vallées profondes en auge. Sur les versants alsaciens, les glaciers ont sculpté de vastes dépressions circulaires, les cirques glaciaires. Le Massif vosgien est né. La fonte des glaces ont alimenté quelques lacs naturels dont certains se sont comblés pour former des tourbières acides.

 

Une végétation adaptée aux conditions extrêmes du Massif vosgien

La composition chimique acide des roches des crêtes vosgiennes associée à un climat montagnard froid et venteux favorisent une végétation adaptée et étagée en fonction de l’altitude.

 

Les hêtraies du Massif vosgien

La hêtraie-sapinière se trouve entre 500 et 1 000 m d'altitude: la forêt d’altitude est composée de hêtres et de sapins bordés de lisières où se développe une végétation pionnière composée d’alisiers de mougeot, de sorbiers des oiselleurs et d’érable sycomore. La hêtraie-sapinière est le lieu de prédilection de la Chouette de tengmalm et du Grand tétras.

La hêtraie sommitale se trouve entre 1 000 et 1 200 m d'altitude. Les conditions plus rudes font disparaître les sapins. Plus résistant, le hêtre règne alors en seul maître dans cette forêt. Cependant, les traditionnels colonages argentés des hêtres disparaissent en faveur d'individus dont les troncs sont rabougris et tortueux.

 

Les chaumes du Massif vosgien

Les chaumes sont situées sur les crêtes au delà de 1 200 m d'altitude. Les conditions extrêmes laissent place à des paysages ouverts composés de prairies d'altitudes. Certaines de ces prairies sont originelles : ce sont les "chaumes primaires" qui ne représentent plus que 300 hectares sur l’ensemble des crêtes vosgiennes. Ces landes dites sommitales abritent la Pulsatille blanche, l'Airelle des marais et la Callune.

 

Les chaumes secondaires résultent du défrichement ancestral des forêts d'altitude pour le pâturage. C'est le milieu de prédilection d'une plante endémique, la Pensée des Vosges mais également du Nard raide et de la Grande gentiane.

Le Lis martagon, la Jonquille ou encore la Digitale à grandes fleurs sont abrités par les versants exposés au sud et à l'est. Les couloirs d'avalanche froids et humides laissent place à une végétation plus luxuriante composée d'Aconit napel, de Trolle d'Europe ou encore de Pédiculaire feuillée.

 

Massif vosgien : protection, menaces et gestion

Les crêtes et massifs  vosgiens sont des milieux originels rares réglementairement protégés. Le Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine gère une réserve naturelle sur la Grange Crête en collaboration avec le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges : la Réserve Naturelle de Tanet-Gazon du Faing.

 

La plus grande menace qui pèse aujourd'hui sur le Massif vosgien est la pression touristique. L'objectif de la gestion est de veiller à concilier les activités agricoles, le tourisme et la richesse biologique de ces sites.

Massif vosgien : informations

Espèces : Grand tétras, Grande gentiane, Pensée des Vosges.

Gestion du Massif vosgien: pâturage par vaches vosgiennes.

Menaces pour le Massif vosgien : surfréquentation.

Massif vosgien sous la neige

CONSERVATOIRE D’ESPACES NATURELS DE LORRAINE

Association agréée par l’État et la Région Lorraine au titre de l’article L414-11 du code de l’environnement

Nos partenaires

La création du site Internet est cofinancée par l’Union européenne. L’Europe s’engage en Lorraine avec le Fonds européen de développement régional.

 

 

Réalisation 2exVia avec MasterEdit©