Si vous n'arrivez pas à visualiser ce mail, cliquez ici.

 

L'actualité du CEN Lorraine mois par mois

 

Un partenariat franco-belge pour préserver les pelouses calcaires

 

D’ici août 2027, près de 500 hectares de pelouses, prairies et forêts humides sont à restaurer de part et d’autre de la frontière belge.

Les Conservatoires d’espaces naturels de Lorraine et de Champagne-Ardenne se sont associés au projet LIFE Connexions piloté par l’association wallonne Natagora et dont l’objectif est d’améliorer l’état de conservation et la connectivité de 8 habitats Natura 2000, dont les habitats prioritaires de pelouses calcaires côté français. Le CEN Lorraine prévoit la restauration de 25 hectares de pelouses inscrites dans le site Natura 2000 des pelouses et milieux cavernicoles des vallées de la Chiers et de l’Othain. Le CEN Champagne-Ardenne envisage quant à lui la restauration de 25 ha et l’acquisition de 5 ha au cœur de la Réserve naturelle nationale de la Pointe de Givet dont il est co-gestionnaire. 

L’intérêt de ce LIFE pour les deux Conservatoires est de trouver des moyens financiers complémentaires pour restaurer de façon durable ces pelouses frontalières. Le dossier est en cours d’instruction auprès de la Commission européenne.

 

 

Au feu !

 

Un important incendie s’est déclaré mardi 15 septembre dernier sur l’étang Gérard Sas à Geville (55), géré par le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine. L’origine de l’incendie n’est pas encore identifiée à ce jour, cependant les conditions de sécheresse actuelles expliquent l’ampleur du sinistre.

Pour créer une barrière coupe-feu, une large bande de végétation a été gyrobroyée tout autour du foyer afin de circonscrire le feu et éviter qu’il ne se propage vers la forêt environnante.

Au moment de la rédaction de cet article, fumée et chaleur ne permettent pas encore d’évaluer précisément la surface impactée, mais plusieurs hectares assurément sont concernés. Ces milieux remarquables et les nombreuses espèces patrimoniales qu’il accueille sont identifiés comme joyau de la biodiversité au sein du PNR de Lorraine. Inscrit à l’inventaire ZNIEFF et à l’inventaire des Espaces Naturels Sensibles du Département de la Meuse, l’étang Gérard Sas a vu sa protection foncière se concrétiser fin 2018.

Le CEN lorraine a déposé une plainte auprès de la gendarmerie de Commercy (55) pour comprendre l’origine du départ du feu, et remercie sincèrement les pompiers mobilisés qui ont lutté contre l’incendie.

 

 

 

Une Assemblée générale masquée

 

Samedi 5 septembre se déroulait l’Assemblée générale du Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine au parc animalier de Sainte-Croix à Rhodes (57). Dans le respect des règles sanitaires (port du masque obligatoire, gel hydro alcoolique à disposition et distances de sécurité), les 100 participants ont pu assister à la présentation du rapport moral, du rapport d’activités et du rapport financier de l’année 2019 au CEN Lorraine.

Pour cette édition, les conservateurs bénévoles étaient à l’honneur. Une partie de l’Assemblée générale était dédiée à la présentation de la nouvelle charte « conservateur bénévole », ainsi qu’à la remise des insignes et brassards par le président du CEN Lorraine, Alain Salvi, aux conservateurs bénévoles présents. Ceux-ci ont également pu repartir avec une carte (format carte de visite) leur permettant de justifier de leur fonction de conservateur bénévole sur le terrain. La matinée s’est clôturée par un repas dans le restaurant panoramique du Parc où les présents ont pu échanger et sympathiser. Le déjeuner a laissé place à une visite libre du parc animalier l’après-midi, un moment de détente pour les familles qui ont pu également découvrir les différents stands d’associations environnementales, présentes à l’occasion du week-end de la conservation.

 

Le CEN Lorraine est satisfait d’avoir pu maintenir cet évènement annuel qui est symbole de convivialité et solidarité entre les différents membres de l’association, qu’ils soient bénévoles ou salariés.

Encore un grand merci aux participants, ainsi qu’aux membres du Parc animalier Sainte-Croix pour leur accueil.

 

 

 

A la pêche aux moules

Mercredi 12 août, le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine a effectué en urgence une opération de sauvetage d’une espèce de bivalve protégée, la Mulette épaisse. En effet, le ruisseau des Aulnes (55) abrite une importante population de mulettes épaisses qui ne peut survivre sans eau et qui craint les températures élevées.

 

Face à l’assèchement total du cours d’eau, des spécimens morts ont été retrouvés nombreux, et le CEN Lorraine, en partenariat avec l’Office Français de la Biodiversité et l’appui du Parc Naturel Régional de Lorraine, a décidé d’organiser une opération sauvetage avec l’aide de 3 bénévoles pour tenter de préserver cette population.

2 961 individus ont donc été ramassés et transférés sur des sites encore en eau. Un suivi scientifique sera poursuivi sur les mois et années à venir pour évaluer la réussite de ce sauvetage.

 

 

 

 

 

 

Tout savoir sur les Espèces Exotiques Envahissantes (EEE) en Grand-Est

 

Depuis avril 2019, le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine anime la stratégie régionale EEE Grand-Est, grâce au soutien financier de la DREAL Grand-Est, de l’Agence de l’eau Rhin-Meuse et de la Région Grand-Est. Une vaste enquête régionale menée en 2017 par le CEREMA avait montré la nécessité de fédérer les acteurs et les partenaires institutionnels intervenant sur cette thématique.

 

Dans ce cadre, le Conservatoire d’espaces naturels a mis en ligne fin août une nouvelle plateforme technique sur les Espèces Exotiques Envahissantes en Grand-Est (https://www.eee-grandest.fr/).  Destinée principalement aux acteurs de la région qui mènent des projets autour des EEE (gestion, sensibilisation), elle est également adaptée à toute personne se posant des questions sur une espèce qu’elle pourrait croire envahissante. En effet, la plateforme dispose d’un espace technique qui permet d’échanger sur les espèces invasives introduites en Grand Est, d’informer sur les actions et opérations phares en région, de mettre à disposition des ressources documentaires et de valoriser la mobilisation des acteurs du territoire via notamment une carte dynamique.

 

 

 

L'avancée des travaux de la pêcherie de l'étang d'Amel (55)

 

Soucieux des enjeux de conservation du petit patrimoine bâti lié à certains étangs anciens du département de la Meuse, le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine a entrepris au cours de l’été 2020 la restauration de la pêcherie en pierre de l’étang d’Amel. Comme de nombreux autres étangs du territoire de la plaine dite de « la Woëvre », la création de l’étang d’Amel remonte au XIIIème siècle. Créé initialement pour la pisciculture en vue de fournir du poisson pour répondre aux besoins vitaux d’alimentation de la population, l’étang d’Amel a su conserver cet usage au fil des années, jusqu’à ce que l’érosion par l’eau et le gel vienne complètement fragiliser les murs de la pêcherie, et ainsi stopper sa fonctionnalité. La réalisation de ces travaux a bénéficié du soutien crucial de la Fondation du Patrimoine et de la Région Grand-Est. Les conditions climatiques des mois de juillet et août ont permis un bon déroulement du chantier dans son ensemble.

Dans la continuité de ce 1er chantier de restauration, le CEN Lorraine étudie d’ores-et-déjà la possibilité de poursuivre ce projet par la reprise d’un second ouvrage en pierre, celui qui assure l’alimentation en eau de l’ancien moulin.

Également implanté dans la digue de l’étang d’Amel, il est aujourd’hui hors fonction et présente un état de dégradation bien plus avancé. Au regard des contraintes d’ennoiement de cet ouvrage par l’étang pendant une grande partie de l’année, ce projet de restauration devra nécessairement être planifié à l’horizon d’une vidange biennale de l’étang.

                                                          

 

 

Travaux d'urgence en  vallée de la Moselle

Une nouvelle station de Jussie à grandes fleurs avait été découverte en 2019 à Roville-devant-Bayon, en vallée de la Moselle par la Fédération Départementale des Associations Agréées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de Meurthe-et-Moselle (FDAAPPMA). Grâce à la mobilisation et à la réactivité de nombreux partenaires, une opération d’urgence visant son élimination a pu être menée quelques semaines seulement après son signalement.

En 2020, une nouvelle campagne de prospection et d’arrachage a été réalisée début juillet. Les différents partenaires du projet dont l’animatrice Natura 2000 Vallée de la Moselle du CEN Lorraine, se sont réunis pour une journée consacrée à la recherche de Jussie et à son arrachage. Quatre équipes, réparties sur l’ensemble de la zone « contaminée » et pourvues d’un GPS et de fourches bêches, ont ainsi parcouru près de 6 km de rivière et de berges de plan d’eau.

Cette campagne a mis en évidence deux nouvelles stations importantes de Jussie, dont une localisée sur un plan d’eau qui a dû être manqué en 2019. Malgré une présence encore marquée de la Jussie en 2020, le volume collecté au cours de cette journée était sensiblement plus faible qu’en 2019 (de 12 m3 en 2019 à ½ m3 en 2020), démontrant l’efficacité de l’intervention d’urgence menée l’an passé. La persistance de l’espèce nécessite néanmoins encore une vigilance particulière et d’autres campagnes d’arrachage pour les années à venir.

 

 

Au coeur de la mission Scientifique pendant quelques mois

 

"Bonjour, je suis Caroline, stagiaire à la mission scientifique. Ma mission principale au sein du CEN Lorraine s’inscrivait dans l’appel à manifestation d’intérêt conduit en partenariat avec la Communauté de communes de Sarrebourg Moselle Sud. Je devais prospecter 16 stations positionnées sur la Sarre, de ses deux sources principales à Oberstinzel. Chaque station était visitée une fois par mois, de jour et de nuit pour y récupérer Éphémères, Plécoptères et Trichoptères. De jour, avec le filet fauchoir et le parapluie japonais, j’attrapais les imagos sur les herbes et les arbres de la ripisylve. Je récupérais aussi les larves d'Éphémères et de Plécoptères dans l’eau à l’aide d’une passoire en prélevant sur tous les microhabitats. Enfin, de nuit nous chassions les imagos à l’aide d’un piège lumineux. Tous les individus que j’ai prélevés durant mon stage seront ensuite déterminés jusqu’à l’espèce par Gilles Jacquemin afin de connaitre la diversité spécifique sur la Sarre"

 

Caroline, stagiaire à la mission Scientifique (antenne de Sarrebourg)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N’oubliez pas d’adhérer au CEN Lorraine. Adhérer, c’est soutenir notre action !

C’est contribuer à la protection des milieux naturels et des espèces qui en ont besoin pour vivre.

 

 


 


Suivez-nous, abonnez-vous

 

                                 

 


Pour ne plus recevoir notre lettre d'information, il suffit de suivre ce lien. Vous pourrez vous réinscrire à tout moment.

Site en développement. Les redirections sont en 302. N'oubliez pas d'enlever ce mode à la mise en ligne.